Faire une fausse couche : quelques explications

“J’ai fait une fausse couche” – ces mots si compliqués à exprimer, générateurs de colère, tristesse, peurs, incompréhension … Aujourd’hui, même si le sujet est d’avantage abordé qu’il y a quelques années, celui-ci reste encore tabou. Pourtant, un tiers des femmes ayant des enfants ont déjà fait une fausse couche dans leur vie. 

Vous êtes nombreuses en consultation à me demander de vous accompagner dans votre processus de deuil, à comprendre ce qui est difficilement compréhensible et à avancer. 

En parlant ouvertement de ma fausse couche sur les réseaux sociaux, j’ai fait le choix de partager, de vous montrer que vous n’êtes pas seules à vivre cette épreuve. J’ai eu besoin de comprendre ce que je vivais, tout comme vous qui êtes en train de lire cet article. 

Alors voici quelques explications : 

  • Quand peut-on faire une fausse couche ? 

La plupart des fausses couches interviennent au cours du premier trimestre de grossesse, la plupart avant la 10ème semaine de grossesse. Certaines fausses couches dites précoces ne seront jamais connues par le couple car elles interviennent avant même que celui-ci n’en ai connaissance. 

Les fausses couches tardives : 

On parle de fausses couches tardives lorsqu’elles interviennent au cours du deuxième trimestre de grossesse (autour du 4ème ou 5ème mois).

  • Pourquoi la fausse couche arrive ?

Si vous avez fait une fausse couche, prenez conscience que vous n’êtes pas seule : on estime que 10 à 15% des grossesses se terminent par une fausse couche.

Au niveau Européen, une étude (1) précise que les fausses couches précoces isolées concernent en moyenne 12% des grossesses, soit une femme sur 4 avant l’âge de 39 ans et augmentent avec l’âge. 

Chiffres sous-estimés compte tenu des fausses couches non connues. 

  • Quelles sont les causes des fausses couches ?

➰Une anomalie de l’embryon : dans environ 60% des cas, notamment pendant le 1er trimestre de grossesse, la fausse couche est liée à une anomalie de l’embryon : celle-ci empêche alors le développement de la grossesse.

On constate deux types d’anomalies : 

  • liées aux chromosomes 
  • Liées au développement embryonnaire 

➰Une insuffisance lutéale :

La progestérone est sécrétée en seconde partie de cycle, pendant la phase lutéale qui dure entre 11 et 16 jours. Dans le cas d’une production de progestérone insuffisante, cette phase peut-être plus courte et empêcher l’ovule de venir s’implanter dans l’utérus : la grossesse ne peut donc pas débuter. 

➰L’oeuf clair : 

On parle d’oeuf clair lorsque les membranes embryonnaires et le placenta se développe en l’absence d’un embryon. 

➰Certaines maladies comme : 

  • Le diabète (mauvaise régulation de la glycémie) 
  • Hashimoto 
  • Basedow
  • La maladie coeliaque 
  • Des anomalies de l’utérus/col de l’utérus comme le SOPK 
  • …..

➰L’endométriose : 

les femmes atteintes d’endométriose auraient plus de difficultés à concevoir un bébé.

➰L’âge : 

J’ai bien conscience que ce paragraphe amène une certaine pression sociale mais les faits sont établis : que ce soit chez l’homme ou chez la femme, plus l’âge avance, plus le risque de fausse couche est présent. 

➰Des facteurs externes : 

  • Les infections comme la toxoplasmose, la rubéole, salmonelles, la listériose ou encore une forte fièvre …
  • La prise de médicaments contre-indiqués pendant la grossesse
  • La prise d’alcool, de drogues et tabac
  • Une exposition aux métaux lourds 
  • Une consommation excessive de café (pas plus de 150ml/jour) 
  • La consommation de certaines plantes : demandez conseil à votre praticien de santé

➰Certains examens comme l’amniocentèse qui n’est pas sans conséquence et représente un risque de fausse couche dans moins de 1% des cas. 

  • Comment savoir si l’on fait une fausse couche ?

Il n’y a pas de règles précises : certaines femmes peuvent avoir des saignements vaginaux (spotting ou saignements plus importants), des crampes utérines, des douleurs lombaires ou dans le bassin, la disparition soudaine des symptômes de grossesse (poitrine moins tendue, disparition des nausées …), l’apparition de caillots de sang ou de débris de tissus par le vagin. 

Certaines n’auront aucun symptôme et auront un ressenti.

Mais n’oubliez pas que chaque femme et chaque grossesse est différente ! Ces symptômes ne sont pas nécessairement le signe d’une fausse couche – par exemple, un quart des femmes enceintes feront l’expérience de saignements légers en début de grossesse et ne feront pour autant, pas de fausse couche). Dans le doute, je vous invite à contacter votre sage-femme ou gynécologue. 

  • Comment avancer et repenser à une grossesse ?

Que l’on soit au début ou bien avancé dans sa grossesse, prenez réellement le temps de faire votre deuil. Je vous accompagne en sophrologie pour avancer sereinement, en allant à votre rythme. 

Laissez également votre corps récupérer – que ce soit sur le plan hormonal (suite à l’augmentation des hCG, progestérone et oestrogènes) et/ou émotionnel. Ecoutez-vous, écoutez votre corps. 

Ne culpabilisez pas et gardez confiance : derrière chaque épreuve se cache un trésor.  

  • Avancer 

Retrouver un équilibre corps et esprit à travers : 

➰La micronutrition :

Pour concevoir un bébé en bonne santé on a besoin, entre autre, d’une nutrition optimale et préventive pour un impact positif sur :

— la gamétogenèse

— la fécondation

— la nidation

— le développement embryonnaire précoce

Concrètement on a donc besoin :

— d’un ovule de bonne qualité

— de spermatozoïdes en bonne santé et en bonne quantité

Mais aussi un statut optimal en nutriments et micronutriments : Vitamine D, C, E, B9, B12, A, E, zinc, fer, iode, magnésium, EPA, DHA ….la conception se prépare aussi bien pour la santé du couple que du bébé et parfois, la complémentation est nécessaire (toujours sous supervision d’un praticien de santé). Nous abordons ces aspects en séances individuelles. 

➰La sophrologie : 

Pour s’apaiser, se détendre, mettre à distance ses émotions et prendre soin de soi … transformer! 

➰Prendre conscience des perturbateurs comme la cigarette, l’alcool, les drogues, une mauvaise alimentation (trop de sucre, produits transformés ….), un manque d’activité, le stress. 

Quoi qu’il arrive, entourez-vous des bonnes personnes qui vous aideront à avancer, et restez soudés dans son couple : parfois, l’homme est plus pudique, n’ose pas montrer ce qu’il ressent … mais cela ne veut pas dire qu’il ne ressent rien.

N’oubliez pas que l’amour est plus fort que tout 🙂 

 
Sources : 

(1) (1) Blohm F., Friden B., Milsom I. A prospective longitudinal population-based study of clinical miscarriage in an urban swedish population BJOG 2008 ; 115 : 176-182.

(2) Progresos de Obstetricia y Ginecología Vol. 58. Núm. 10. Páginas 435-474 (Diciembre 2015).

Source : Vidal